frendeitptrues
button facebook 1

instagram

Pour tout savoir sur le chihuahua !

  • le chihuahua
  • le standard
  • Dentition
  • La bonne tête
  • L'évolution
  • acca larentia

 

Le chihuahua, (en espagnol chihuahueño ou aussi chihuahua) est le chien le plus petit du monde. Son nom vient de l'État mexicain du même nom : le Chihuahua. Il pèse quelquefois moins d'un kilogramme mais la fourchette idéale est comprise entre 1,5 et 2,5 kg.

 


 

Région Drapeau du Mexique Mexique
Caractéristiques
Silhouette 500 g à 3 kg.
Poil suivant variété, long ou court.
Robe toutes les couleurs sont admises au LOF, sauf le merle.
Caractère téméraire, affectueux, sociable.
Nomenclature FCI
  • groupe 9
    • section 6

 

 

Historique et description :

On admet que jadis, ce chien vivait en liberté au Mexique et qu’il a été capturé et domestiqué par les indigènes à l’époque de la civilisation toltèque, pour guider les troupeaux de moutons, fait intéressant puisqu'il est l'un des plus petits chiens à nos jours. Les Chihuahuas peuvent mesurer jusqu'à 16 centimètres sur pattes. Pour certains cynologues, il serait plus vraisemblablement arrivé en Amérique du Nord avec les conquistadores; pour d'autres il aurait été introduit en Amérique par les Chinois.

Le chihuahua est classé, dans la nomenclature de la Fédération cynologique internationale (FCI) dans le groupe 9 (chiens d'agrément et de compagnie), plus spécialement dans la section 6 (Chihuahueño), qui regroupe les chihuahuas à poil court et les chihuahuas à poil long.

Il est très résistant malgré son apparence fragile. Il peut atteindre l'âge vénérable de quinze ans, ce qui est une grande performance dans le monde canin.

Le chihuahua peut vivre en famille, cependant il faut rester vigilant avec des enfants en bas âge qui pourraient lui faire peur. Il est un petit chien idéal pour les longues balades. Il ne faut pas se fier à sa taille. Il a besoin de bouger; ce n'est pas seulement un chien de salon.

Caractère:

Ce petit chien a fort caractère malgré sa petite taille est également très attachant et fidèle. Il adore se blottir dans les bras de son maître. Lors de sa promenade, il a besoin de faire beaucoup d'exercice et aime se dépenser. Si vous habituez un chihuahua à vivre dès son plus jeune âge en compagnie de chat(s), ils s'entendront très bien.

Hygiène:

Le chihuahua est naturellement propre, son pelage ne dégage pas de mauvaises odeurs et sa robe est facile à entretenir. Pour le garder en bonne santé veillez à son hygiène alimentaire et corporelle mais aussi le vacciner et le vermifuger. Les chihuahuas mâles adultes (lorsqu'il y a une femelle) marquent leur territoire pendant une ou deux semaines pas plus.

Corps :

Compact et bien construit.

  • Ligne du dessus : Droite.
  • Garrot : Peu marqué.
  • Dos : Court et ferme.
  • Reins : Fortement musclé.
  • Croupe : Large et forte ; presque plate ou légèrement inclinée.
  • Poitrine : Large et bien descendue, côtes bien cintrées ; vue de face, spacieuse, mais sans exagération ; vue de profil, elle descend jusqu’au niveau des coudes ; pas en forme de tonneau.
  • Ligne du dessous : Nettement dessinée par un ventre bien remonté.

Robe :

  • Poil : Il y a deux variétés de poil dans cette race : Variété à poil court : Le poil est court et bien couché sur tout le corps; en présence de sous-poil, le poil est légèrement plus long ; un poil clairsemé à la gorge et au ventre ; il est légèrement plus long au cou et à la queue, court sur la face et les oreilles. Il est brillant et de texture douce.
  • Variété à poil long : Le poil est fin et soyeux, lisse ou légèrement ondulé ; le sous-poil n'est pas trop dense ; il est plus long autour du cou et forme des franges aux oreilles, ainsi qu’un panache à la queue.
  • Couleurs : toutes couleurs, souvent unicolore, blanc et noir ou crème ou alors couleur feu. Seul la couleur merle est interdite.

Reproduction :

La durée moyenne de gestation d'une chienne chihuahua est de 62 jours. En général, les femelles sont prêtes à être saillies à partir du 11ème jour des chaleurs. Les petits naissent sourds et aveugles et tètent durant environ 5 semaines. Les petits sont sevrés à la 8ème semaine après leur naissance. Ouverture des yeux : 18-20 jours Ouverture des oreilles : 21 jours En raison de leurs petites tailles, les femelles peuvent connaître des cas de dystocie à la naissance pouvant amener la pratique d'une césarienne.

Défauts graves :

  • Crâne étroit.
  • Œil petit, enfoncé dans l’orbite ou saillant.
  • Prognathisme supérieur ou inférieur.
  • Luxation de la rotule.

 

 STANDARD FCI N°218/15.09.2010/F

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR  le 15/09/2010
UTILISATION : Chien de compagnie CLASSIFICATION F.C.I.
  • Groupe 9 - Chien d’agrément et de compagnie
  • Section 6 Chihuahua
  • Sans épreuve de travail
BREF APERCU HISTORIQUE : Le Chihuahua est considéré comme le chien de race le plus petit du monde et porte le nom du plus grand état de la république du Mexique (Chihuahua). On admet que jadis ce chien vivait en liberté dans cette région et qu’il a été capturé et domestiqué par des indigènes à l’époque de la civilisation Toltèque. Des représentations d’un chien nain appelé « Techichi » qui vivait dans la région de Tula ont participé à la décoration d’éléments architecturaux de cette ville ; ces statues ressemblent de très près au Chihuahua d’aujourd’hui.
 
ASPECT GENERAL : C’est un chien au corps ramassé, dont les particularités les plus importantes sont la tête en forme de pomme et la queue de longueur moyenne, qui est portée haut et recourbée ou arrondie en demi-cercle avec l’extrémité pointant vers la région lombaire.
PROPORTIONS IMPORTANTES : La longueur du corps est légèrement supérieure à la hauteur au garrot ; on recherche un corps presque carré, surtout chez les mâles ; chez les femelles, à cause de la fonction de reproduction, un corps un peu plus long est admis.
COMPORTEMENT / CARACTERE : Vif, vigilant, remuant et très courageux.
TÊTE REGION CRANIENNE :
Crâne : Tête bien arrondie, en forme de pomme (caractéristique de la race).
Stop : Bien marqué, prononcé et large vu que le front est bombé au-dessus de la base du museau.
REGION FACIALE : Truffe : modérément courte et légèrement relevée ; toutes les couleurs sont admises.
Museau : Court ; vu de profil il est rectiligne ; à son attache il est large pour s’amenuiser progressivement vers son extrémité.
Lèvres : Sèches et bien jointives.
Joues : Peu développées, très sèches.
Mâchoires/dents : Articulé en ciseaux ou en pince. Le prognathisme supérieur ou inférieur ainsi que tout autre articulé défectueux seront sévèrement pénalisés.
Yeux : Grands, arrondis, très expressifs, pas saillants, parfaitement foncés ; les yeux de couleur claire sont admis, mais pas recherchés.
Oreilles : Grandes, dressées, largement ouvertes ; larges à leur attache, elles s’amincissent progressivement vers leur extrémité qui est légèrement arrondie. Au repos elles sont inclinées latéralement en formant un angle de 45°. COU Bord supérieur : légèrement galbé.
Longueur : Moyenne
Forme : Plus épais chez les mâles que chez les femelles.
Peau : Pas de fanon ; dans la variété à poil long, la présence d’un poil plus long formant crinière est extrêmement souhaitable.
CORPS : Compact et bien construit.
Ligne du dessus : Droite.
Garrot : Peu marqué.
Dos : Court et ferme.
Rein : Fortement musclé.
Croupe : Large et forte ; presque plate ou légèrement inclinée.
Poitrine : Large et bien descendue, côtes bien cintrées ; vue de face, spacieuse, mais sans exagération ; vue de profil, elle descend jusqu’au niveau des coudes ; pas en forme de tonneau.
Ligne de dessous : nettement dessinée par un ventre bien remonté.

Un ventre relâché est admis mais pas recherché. QUEUE : Attachée haut, plate en apparence et de longueur modérée, elle est large à son attache et s’amincit progressivement vers son extrémité.
Le port de la queue est une caractéristique importante de la race : en action elle est portée haut en formant une courbe ou un demi-cercle, l’extrémité étant dirigée vers la région lombaire, ce qui participe à l’harmonie de l’ensemble. La queue ne doit jamais être portée entre les membres postérieurs ni enroulée en dessous de la ligne de dos.
Le poil de la queue, selon la variété, est en harmonie avec le pelage du corps.
Chez le Chihuahua à poil long, le poil de la queue forme un panache. Au repos, la queue est tombante et forme un léger crochet.
MEMBRES ANTERIEURS :
Vue d'ensemble : Vus de face, les antérieurs forment avec le coude une ligne droite ; vus de profil, ils sont d’aplomb.
Epaules : Nettes et modérément musclées.
Bras : Bonne angulation entre l'omoplate et le bras.
Coudes : Fermes et bien au corps, donnant de l'aisance au mouvement.
Métacarpes : Légèrement inclinés, solides et flexibles.
Pieds antérieurs : Très petits et ovales, avec les doigts bien séparés mais pas écrasés (ni pied de lièvre, ni pied de chat) ; les ongles sont particulièrement bien cambrés et modérément longs ; les coussinets sont bien développés et très élastiques. On ne souhaite pas la présence d'ergots.
MEMBRES POSTERIEURS :
Vue d'ensemble : Les postérieurs, d’aplomb et parallèles, sont bien musclés ; leurs os sont longs ; en correspondance avec les antérieurs, ils présentent de bonnes angulations des articulations coxo-fémorales, du genou et du jarret.
Jarret : Court avec la corde du jarret bien développée. Vus de derrière, les jarrets sont droits, verticaux et bien séparés.

Pieds postérieurs : Très petits et ovales, avec les doigts bien séparés mais pas écrasés (ni pied de lièvre, ni pied de chat) ; les ongles sont particulièrement bien cambrés et modérément longs ; les coussinets sont bien développés et très élastiques. On ne souhaite pas la présence d'ergots.
ALLURES : le pas est long, élastique, énergique et actif, avec une bonne extension des antérieurs et une bonne poussée des postérieurs. Vus de derrière, les postérieurs doivent se mouvoir en restant presque parallèles, les empreintes des postérieurs couvrant celles des autres antérieurs. Quand la vitesse augmente, les membres ont tendance à converger vers le plan médian (« single track »). L’allure reste élastique, dégagée et facile, la tête haute et le dos ferme.
PEAU : Lisse et élastique sur toute la surface du corps.
ROBE : POIL : Il y a deux variétés de poil dans cette race :

- Variété à poil court : le poil est court et bien couché sur tout le corps ; en présence de sous-poil, le poil est légèrement plus long ; un poil clairsemé est accepté à la gorge et au ventre ; le poil est légèrement plus long au cou et à la queue, court sur la face et les oreilles.
Il est brillant et de texture douce. Les chiens nus ne sont pas acceptés.

- Variété à poil long : Le poil doit être fin et soyeux, lisse ou légèrement ondulé ; un sous-poil pas trop dense est recherché ; le poil est plus long autour du cou et forme des franges aux oreilles, à la face postérieure des membres antérieurs et postérieurs et aux pieds ainsi qu’un panache à la queue. Les chiens présentant un poil long et ondoyant ne seront pas acceptés.
COULEUR : Toutes les couleurs dans toutes les nuances et combinaisons possibles sont admises excepté la couleur merle.
POIDS : Dans cette race, on ne tient pas compte de la taille mais seulement du poids

Poids : Poids idéal entre 1.5 kg et 3 kg.

Un poids entre 500 gr et 1.5 kg est toléré. Les chiens pesant moins de 500 gr et plus de 3 kg seront disqualifiés.
DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.
- Dents manquantes.
- Persistance des dents lactéales.
- Oreilles pointues.
- Cou court.
- Corps Long.
- Dos voussé ou ensellé (lordose ou xyphose).
- Croupe avalée.
- Poitrine étroite, cage thoracique plate.
- Queue tordue ou courte ; attache incorrecte.
- Membres courts.
- Coudes décollés.
- Postérieurs trop serrés. DEFAUTS GRAVES : - Crâne étroit.
- Œil petit, enfoncé dans l’orbite ou saillant.
- Museau long.
- Prognathisme supérieur ou inférieur.
- Instabilité de la rotule. DEFAUTS ELIMINATOIRES : - Sujets agressifs ou peureux.
- Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.
- Type « cervidé » (chien de construction atypique ou extrêmement stylisée : tête finement ciselée, cou long, corps fluet, membres longs).
- Persistance de la fontanelle.
- Oreilles tombantes ou courtes.
- Déformation des mâchoires.
- Corps extrêmement long.
- Absence de queue.
- Dans la variété à poil long : poil très long, fin et ondoyant.
- Dans la variété à poil court : plaque dépourvue de poil (alopécie).
- Couleur Merle.
- Sujet pesant moins de 500 g ou plus de 3 kg. N.B. : les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
 

Points de non confirmation

Les défauts éliminatoires du standard ne concernent que les chiens présentés en expositions. La France étant le seul pays imposant une confirmation des chiens pour l'obtention d'un pedigree définitif, chaque club français peut rajouter des points de non-confirmation. La liste des points de non confirmation est donc la suivante :
  1. Type Général
    • Manque de type (insuffisance de caractères ethniques qui fait que l'animal dans son ensemble ne ressemble plus suffisamment à des congénères de la même race).
    • Poids en dehors des limites du standard.
  2. Points particuliers dans le type
    • Oreilles tombantes, trop petites ou coupées.
    • Tête plate ou trop allongée.
    • Queue cassée, coupée, anourie.
    • Yeux trop globuleux et proéminents, apparence de nanisme.
    • Chanfrein trop long.
    • Stop non accentué.
  3. Robe
    • Excès de ladre.
    • Yeux clairs (sauf avec les robes "sable").
    • Couleur merle.
  4. Anomalies
    • Prognathisme supérieur ou inférieur avec perte de contact ou béance.
    • Sujet agressif.
    • Manque d'une canine.
    • Monorchidie, cryptorchidie.

 

 
 dentition-ciseaux

Dentition parfaite, que tous éleveurs

devraient rechercher pour ses reproducteurs.

 

 

 Tenaille

 Comme indiqué dans le standart et donc conforme :

Articulé en pince/tenaille.

Ce n'est  pas un défaut !

   
 prognathe-inferieur

 Défaut grave voir éliminatoire s'il y a béance .

Tout chien ayant une dentition comme celà

devrait être éliminé de la reproduction !

 

 

 prognathisme-superieur

 Défaut grave voir éliminatoire s'il y a béance .

Tout chien ayant une dentition comme celà

devrait être éliminé de la reproduction !

 

 

 

  

L'évolution chez le chihuahua.

Chez cette espèce particulièrement
l'évolution du chiot, sa transformation en chien adulte
passe par différentes étapes, plus ou moins marquées suivant les lignées.
évolution de Link   évolution de Gwendy
   A la naissance, il ressemble plus à un bull terrier qu'à autre chose.
La couleur n'est pas vraiment fixée, son stop est peu marqué ou absent.
La truffe n'est pas toujours pigmentée suivant la couleur de la robe. 
  A 4 semaines, la tête commence à prendre forme.
La truffe, sur les couleurs claires,  n'étant pas toujours noire à la naissance,
se pigmente progressivement suivant le sujet.  La couleur du pelage commence à s'affirmer.

 
  A 8 semaines, l'évolution est bien marquée, tant au niveau du corps que de la tête.
La couleur continue d'évoluer et dans ce cas précis des nuances de couleurs apparaissent.
Les oreilles ne sont pas toujours redressées.
 
 A 12 semaines, les caractères de la race se précisent.
La truffe s'est pigmentée, le stop s'est marqué. Les oreilles se sont redressées...ou pas...
...pas de panique, cela est dépendant de la poussée des dents...ainsi que de la lignée.
 
   A 16 semaines, il entre dans la période "ingrate".
Comme chez nos adolescents, sa morphologie se modifie.
Il s'allonge, grandit, perd son poil de chiot...et tout cela dans le désordre le plus complet...
...pas de panique là non plus, mais il y en a pour plusieurs mois.

 
 A 6 mois, il est dans sa période" très moche".
Il a perdu ses poils.
Sa croissance est pour le moins désordonnée...patience !
 
A 9 mois, il commence à ressembler à un chihuahua digne de ce nom.
Son poil d'adulte commence  à pousser. Il s'étoffe petit à petit.
Cette période est plus ou moins longue, suivant le sujet et les lignées.
 
A 14 mois, ses caractères  se sont affirmés.
Il est maintenant adulte.
Certains sujets  finissent leur croissance plus tardivement
comme vous pouvez le constater sur la photo de droite.

 

 

       

 

 

 

Acca Larentia (Religion romaine) est un personnage légendaire des origines de Rome. Les Anciens étaient loin de s'entendre sur son histoire.

Acca, c'est le mot Atta, qui signifie mère. Quant à Larentia, la parenté de ce mot avec celui de Lares est évidente. D'après les explications mythologiques les plus vraisemblables, Acca Larentia ne serait pas autre chose que la mère des Lares; son nom indique avec les Lares des rapports étroits. Comme telle, c'est une, déesse personnifiant la fécondité des germes enfouis dans la terre.  Elle est la déesse de la profondeur féconde de la terre, qui reçoit les semences et les morts. Ce caractère de déesse tellurique est attesté, entre autres choses, par ce fait qu'elle était la mère des Arvales et par différentes circonstances de la fête des Larentalia. Acca Larentia est une de ces nombreuses divinités, comme Cérès, comme la Terre (Tellus), qui représentaient dans la religion romaine la fécondité des champs. (G. L.-G.).

Dans la légende romaine, Acca Larentia apparaît tantôt comme l'amante d'Hercule, tantôt comme la nourrice de Romulus et de Rémus et la mère des douze premiers frères Arvales. 

L'amante d'Hercule.
La légende qui rattache Acca Larentia à Hercule se racontait également à propos de Flore et d'une autre déesse, Favola ou  Faula, d'ailleurs inconnue, qu'on pourrait bien rapprocher de Fauna. Ce qu'il y a de sûr, c'est que les trois déesses Flore, Fauna et Acca Larentia, se touchaient de très près. 

Acca Larentia, disait-on,  était la plus belle fille du pays latin, à l'époque du roi Ancus, et qu'elle fut livrée à Hercule par un gardien du temple du dieu, comme enjeu d'une partie de dés. Hercule conseilla à Acca d'épouser le premier homme qu'elle rencontrerait : ce fut  un propriétaire toscan ou étrusque, Tarrutius.  Il meurt peu de temps après et laisse tous ses biens à sa femme. Celle-ci, à son tour, les cède, selon les uns à Romulus, selon d'autres au peuple romain, et Caton va jusqu'à nommer les endroits qui sont tombés ainsi dans le domaine de la ville. 

Enfin Acca Larentia disparaît au lieu même où, dès ce moment, le 23 décembre, jour des Larentales (Larentalia), on lui offre un sacrifice. Ce lieu était dans le Vélabre, et on y montrait son tombeau. Quant au sacrifice, il était offert par le Flamine Quirinal et les Pontifes, et on y invoquait aussi Jupiter

La nourrice de Romulus.
La légende qui faisait d'Acca Larentia la nourrice de Romulus était plus connue, aussi l'a-t-on fréquemment combinée avec celle que nous venons de raconter. D'après cette tradition, c'était la femme du berger Faustulus, que l'on peut regarder comme le Faunus Palatin. Parce qu'elle aurait servi de nourrice à Romulus, et à Rémus, Ovide la désigne par ces mots, tantae nutrix Larentia gentis (Fastes, 3, 55). Sa mauvaise conduite lui avait valu le nom de lupa, louve, courtisane de là la tradition classique que les deux jumeaux furent allaités par une louve. 

C'est précisément cette Acca Larentia, la femme de Faustulus, la nourrice de Romulus, qui, dit-on encore, avait douze fils, et sacrifiait avec eux pro agris une fois tous les ans. Un de ses fils étant mort, Romulus prit sa place et fonda alors avec ses frères adoptifs le collège des Frères Arvales, qui se faisait reconnaître par sa couronne d'épis à bandelette blanche et passait pour une des plus vieilles et des plus saintes institutions de ce genre. Leur nom et leur insigne, leur couronne d'épis, suffisent bien à démontrer que les Frères Arvales étaient institués pour le culte d'une déesse du sol ou des champs, déesse qui sans doute portait un autre nom que celui d'Acca Larentia, fondatrice du culte avec ses douze fils, mais qui, dans le fait, ne pouvait guère en différer. 

De fait, il semble est impossible de séparer Acca Larentia de Dea Dia, la déesse à laquelle les Arvales rendaient leur culte :  toutes deux président au sol de la cité romaine, et l'une fonde le culte de l'autre. Acca Larentia est la face mythologique et légendaire, Dea Dia la face plus sérieuse d'une seule et même déesse, qui doit avoir été identique à la vieille Tellus italique, à Ops et à Cérès, et qui ne peut avoir acquis un caractère particulier et local que par le soin tout spécial qu'elle avait de garder le sol de la cité de Rome. (L. Preller).